Rechercher
  • Cassie Petit-Voillot

APRÈS 3 MOIS D’INCERTITUDE, L’ÉPIDÉMIE DE RHINOPNEUMONIE ÉQUINE EST CONTRÔLÉE



RAPPEL DES FAITS


Début 2021, l’Espagne est l’un des rares pays européens, organisateur de concours hippique. C’est dans la communauté Valencienne que de nombreux cavaliers européens se sont retrouvés pour le CSI de Valencia avec plus de 750 chevaux réunis pour 4 semaines.


À la mi-février, des bruits de couloir ont circulé au sujet d’un virus équin présent dans les écuries du concours. Quelques jours plus tard, les rumeurs s’avèrent


vraies et plusieurs cavaliers décident de quitter prématurément le terrain de concours pour rentrer chez eux. Les épreuves du dimanche 21 février sont quant à elles annulées.


C’est seulement le lundi 22 février que la Fédération Équestre Espagnole confirme la présence d’un foyer de contamination par un communiqué officiel. Un protocole de contrôle vétérinaire et d’isolement a donc été mis en place pour les chevaux contagieux. Plusieurs cavaliers ont pointé du doigt un manque de réactivité de l’organisation puisque des chevaux infectés ont pu quitter le concours durant le week-end. LA RHINOPNEUMONIE DU CHEVAL, C’EST QUOI ?


La rhinopneumonie est un virus très contagieux qui se manifeste sous 3 formes cliniques : respiratoire, abortive et nerveuse. Cette dernière étant la plus grave et celle qui s’est largement déclarée à Valence. Elle peut entraîner des troubles légers de la locomotion, un défaut de coordination des membres et même une paralysie partielle ou totale.


La guérison des chevaux est variable, ils peuvent s’en remettre totalement ou conserver des séquelles plus ou moins importantes à vie. Les formes neurologiques graves


peuvent nécessiter une euthanasie.


À noter, qu’un cheval totalement guéri, peut conserver l’infection et se réactiver des années plus tard.


LA RÉACTION DES FÉDÉRATIONS


Au début de l’épidémie, les autres concours en Europe étaient maintenus. Seuls les chevaux ayant participé à un concours en Espagne depuis le 9 février 2021 étaient bloqués dans la base de données afin de ne pas concourir à un autre concours. C’est début mars lors du concours de Royan que de nouveaux cas suspects ont été recensés. Ce sont également au moins 15 foyers d’infect


ion qui ont été confirmés en France, dans des écuries de chevaux revenus de Valence. Les institutions n’ont donc pas hésité à renforcer les mesures. En effet, la Fédération Française d’Équitation puis la Fédération Équestre Internationale ont décidé l’annulation de toutes les manifestations équestres en Europe jusqu’au 28 mars 2021, ce délai sera ensuite étendu jusqu’au 11 avril 2021.


En parallèle, la FFE a entamé des démarches pour envoyer des vétérinaires français sur place, et s’est organisée pour rapatrier en France les chevaux français encore présents sur le site, lorsque leur état de santé le permet. Les chevaux ont été placés en quarantaine sur le site du Parc équestre fédéral de Lamotte-Beuvron, siège de la FFE, afin de bénéficier d’un important suivi vétérinaire.


LE BILAN


Göran Åkerström, Vétérinaire Directeur à la FEI, a annoncé l'ouverture d'une enquête pour connaître le déclenchement de l'épidémie.


On compte au moins 12 chevaux morts. Certains autres chevaux infectés garderont des séquelles neuro-psychologiques et ne retrouveront jamais leur niveau. C’est le cas de Rahotep de Toscane, le fidèle gris de Philippe Rozier. Le couple a notamment été médail


lé d’or par équipes aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Rahotep a été touché par la Rhinopneumonie à son retour de Valence en février. Il était dans un état critique, son cavalier a même cru qu’il ne s’en sortirait pas. Même si aujourd’hui il est guéri, malheureusement le sport de haut niveau est terminé pour lui.


LA REPRISE DES COMPÉTITIONS


Les compétitions en Europe ont pu reprendre le 12 avril. L’épidémie est sous contrôle mais la vigilance reste de mise. Des mesures très strictes ont été mises en place par la Fédération équestre internationale .


À noter que ce sont uniquement les concours professionnels à huis clos qui ont pu reprendre, compte tenu de la pandémie de Covid-19, qui elle, n’est toujours pas terminée.

4 vues0 commentaire