Rechercher
  • Titouan Godere

Le phénomène Velotaf simple mode ou mutation du transport urbain ?

On entend de plus en plus ce mot dans les open-spaces, mais que signifie-t-il ? Le mot vélotaf est apparu au début des années 2000. Ce néologisme vient de la contraction des mots vélo et ‘’taf’’ désignant le travail. En 2020 avec les politiques de lutte contre la pollution dans les centres-villes et la crainte sanitaire liée à la fréquentation des transports en commun, le marché du vélo a connu une croissance exceptionnelle. En France les chiffres de vente de vélo sont en croissance constante depuis presque 20 ans. Selon le rapport 2019 de la fédération des professionnels du cycle « Sport et Cycle » le chiffre d’affaires global du marché a doublé en 2 ans : de 654 millions € en 2000, il atteint 1,334 milliards € en 2018.




Comment s’explique cet engouement ? 

En 2020, les préoccupations écologiques plus que jamais mises en avant par le gouvernement, ainsi que la crise du Covid, ont permis d’accélérer le retour en piste de ce vieux vélo que beaucoup délaissaient dans un coin du garage. Le phénomène, encouragé par la création de pistes cyclables dans les grandes métropoles, a rapidement connu un intérêt grandissant pour une large partie des urbains et les habitants de banlieues périphériques. En plus d’une réponse à cette problématique écologique, l’aspect sécuritaire est un atout important dans l’explication de l’augmentation de cette pratique. En 2020, pour encourager les français à se déplacer en bicyclette, l’état a mis en place une prime de 50€. Baptisée « coup de pouce vélo », cette aide a deux objectifs. Le premier, remettre les français au vélo à moindre coût. Le second écologique, avec pour volonté de remettre en l'état un vieux vélo plutôt qu’en acheter un nouveau. 

Le VAE est le moyen de déplacement qui a réellement fait basculer le vélotaf d’un phénomène de mode à un changement sociétal plus important. La voiture perd peu à peu du terrain dans les villes au profit d'un moyen de transport motorisé silencieux et propre. Aujourd’hui, le trajet moyen d’un vélotafeur est de 36 minutes et parcourt environ 3km par trajet à une vitesse moyenne de 15 km/h. Le vélo est en moyenne 1 Km/h plus rapide qu’une voiture dans Paris (la moyenne des véhicules est de 14 Km/h d’après l'OSNIR). En effet, les cyclistes ne connaissent pas les bouchons !  D’autant que la pratique du vélo permet d’exercer une activité physique là où la trottinette électrique réduit l’effort à zéro. 

Comment le segment du vélo va-t-il évoluer dans le marché de la mobilité douce ? 

On l’aura compris, le vélotaf possède de nombreux avantages : moins de pollution, moins de voiture dans les centres-villes, et pratique d’une activité physique. Ces avantages ont rapidement séduit les urbains et ont incité les entreprises du secteur des transports à proposer de nouvelles offres. Uber avec sa flotte de vélos en libre-service est un acteur majeur sans oublier d’autres acteurs historiques comme les vélos en libre-service mis à disposition par les collectivités (Velib). L’augmentation exponentielle du nombre de vélo et de trottinettes a d’ailleurs poussé la ville de Paris à mettre en place une limite du nombre d’opérateurs et d’appareils à disposition. Depuis le 20 décembre 2019 seuls 3 opérateurs peuvent proposer 5000 vélos et 15000 trottinettes en libre-service dans Paris intra-muros. Les principaux concurrents du secteur sont Lime, Dott, Voi et Uber, le Vélib lui n’est pas soumis aux restrictions mises en place.

Des enseignes comme Décathlon s’intéressent de près à cette mutation. Avec une offre innovante de leasing, l’entreprise française a pour objectif de gommer les principaux freins à la pratique du vélotaf. En effet le prix moyen d’un vélo électrique culmine autour des 2000 euros. L’entretien des vélos représente de surcroît des dépenses récurrentes. Grâce à l’implantation des magasins sur tout le territoire et une offre attractive à partir de 15,99€/mois, nul doute que cette nouvelle offre séduira de nouveaux français et pourrait bien augmenter le nombre de vélotafeurs dans les prochaines années.

17 vues0 commentaire