Rechercher
  • Nina Ferrand

Puma et Adidas, des frères ennemis jusqu'au bout des pieds




Connaissez-vous le duel le plus fou de l’univers du sport ?


Rudolf (Rudi) et Adolf (Adi) Dassler. Leurs noms ne vous disent peut-être pas grand-chose, mais vous avez certainement entendu des millions de fois les noms de leurs entreprises respectives : Puma et Adidas.


Lorsque l’on évoque ces marques, on pense tout de suite à des marques historiques qui ont révélé des sportifs légendaires, mais surtout à des géants du sport business. Ce que l’on ignore en revanche, c’est que l’histoire que partagent Adidas et Puma est digne de nos journaux « gossip » ! En effet, ce sont deux jumelles issues du « divorce fratricide » de la famille Dassler…


Comment la rivalité entre deux frères a forgé l’histoire de deux des plus importantes marques de sport dans le monde ?


Tout a commencé dans les années 20 en Allemagne, en Bavière, où grandirent deux frères âgés d’une vingtaine d’années : Adolf Dassler, jeune homme assez introverti dont l’unique centre d’intérêt est le sport et la confection de chaussures de sport. Rudolph, son grand frère âgé de 22 ans, est très différent, extraverti, ne jurant que par sa voiture de sport fraichement acquise.

Il y a tout juste cent ans, Adolf Dassler transformait la buanderie de sa maman en atelier de cordonnerie. Si, dans l’Allemagne de l’après-Première Guerre mondiale, la misère était générale, tout le monde ne s’y résignait pas. Et Adi le premier. Il se mit à fabriquer des chaussures de sport en autodidacte. En 1921, Rudolph rejoint son frère et met son sens inné du commerce au profit de l’entreprise. C’est à partir de ce moment que l’entreprise va connaître un réel essor : elle commence par fournir l’équipe olympique allemande aux JO de 1928 à Amsterdam, puis la star américaine d’athlétisme, Jesse Owens aux JO de Berlin qui grâce à ses chaussures Dassler s’empare de 4 médailles d’or. Mais la Seconde Guerre mondiale oblige les deux frères à interrompre leurs activités. Et quand Goebbels appela à la guerre totale, Rudolf fut mobilisé. Adi, lui, fut jugé indispensable pour une fabrication de matériel de guerre. Rudolf trouva la chose injuste. Les tensions entre les frères mais aussi entre leurs épouses s’accrurent après son retour et ne cessèrent de s’envenimer lorsque les deux familles durent vivre ensemble, après la guerre, dans les locaux exigus. La fabrique de chaussure des frères Dassler fut officiellement fermée en avril 1948, non sans heurt et dispute. L’histoire s’arrête là me direz-vous ? Absolument pas ! Du “divorce” Dassler sont nées deux nouvelles entreprises et les employés purent choisir à laquelle ils entendaient se rallier. Près de 80 d’entre eux, la quasi-totalité, optèrent pour Adi, qui fonda Adidas. Seulement 15 salariés, surtout des commerciaux, choisirent Rudi et sa nouvelle entreprise, Puma. La suite est jalonnée de trahisons et de coups bas. Aux JO de Mexico en 1968, Adidas fait bloquer à la douane les chaussures Puma. En 1970, Puma enrôle Pelé, rompant le pacte de nonagression entre Dasslers : personne ne devait toucher au Brésilien, jugé trop cher. « La querelle de famille s'est étendue à tous les employés », constate Jörg Dassler, qui n'a croisé son grand-oncle Adolf qu'une seule fois, sans lui avoir jamais parlé. Dans les années 60 et 70, les salariés « pumeraner » et leurs rivaux, les « adidassler », ne s'asseyaient pas à la même table dans les bars de la capitale de la chaussure.


Bien que les frères Dassler ne soient actuellement plus à la tête de leurs sociétés depuis les années 1970, Adidas et Puma semblent toujours indirectement liées pour encore de nombreuses années. Pendant près de quarante ans, leur haine a nourri leur rivalité économique, posé les bases du sport business et stimulé aussi la recherche technologique en matière d'équipements sportifs. Néanmoins, les spécialistes admettent à l’unisson que les ennemis d’autrefois sont aujourd’hui devenus des concurrents. Dans le football européen par exemple, les deux enseignes de la famille Dassler avec la marque Nike, représente 98% des 2520 joueurs. Toutefois, il faut admettre qu’Adidas est aujourd’hui leader devant Puma. En ligue 1, Adidas équipe 40% des joueurs alors que Puma en équipe seulement 11%.


Désormais, vous savez tout sur cette fabuleuse histoire de la famille Dassler ! Et si maintenant vous souhaitez en savoir plus sur la rivalité de ces équipementiers et plusieurs autres dans le monde du running, n’hésitez pas à consulter notre article dédié pour aller encore plus loin.

62 vues0 commentaire