Rechercher
  • Joseph Boyer

Quand le Covid provoque une pénurie de chaussures et équipements de running


Fin septembre, Matt Friends, le directeur financier de Nike, annonçait la couleur : il faut s’attendre à une rupture de stock pour une partie des produits de la marque qui pourrait s’étendre sur plusieurs semestres.

Il estime un retard d’environ dix semaines de production, expliqué par les effets du Covid-19 sur le commerce international.


Tout d’abord, les usines de production au Vietnam ou en Indonésie ont connu des fermetures de plusieurs mois suite aux restrictions sanitaires. Nike estimait fin septembre que la moitié des usines n’avaient pas encore repris et qu’il faudrait du temps pour retrouver un fonctionnement habituel.


À ce problème de production se combine un autre problème pour les marques. Le transit de marchandises est totalement ralenti par le Covid : il faut compter 80 jours pour transporter un produit d'Asie en Amérique du Nord contre 40 avant la pandémie. De quoi ralentir considérablement les livraisons.


Cette situation provoquée par le Covid est assez paradoxale. De moins en moins d’équipements sont produits et disponibles alors que les marques de running doivent faire face à une augmentation de la demande, en partie boostée par les confinements. Il y a de plus en plus de pratiquants. L’Observatoire du running estime qu’il y a eu 1,4 million de nouveaux coureurs entre 2019 et 2020. Le nombre de coureurs en France est en augmentation depuis le confinement. 27% des français déclarent pratiquer la course à pied, soit une progression de 3% en un an.


Face à l’augmentation de la demande et à une offre en rupture de stock, les marques de sport privilégient l’approvisionnement de leurs produits phares. Il se pourrait que certains produits se retrouvent sacrifiés. On peut tout à fait supposer à titre d’exemple que Nike préfère garantir la production de paires lifestyle ou du maillot de Lionel Messi plutôt que certains produits running.

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout