Rechercher
  • Alizée Villeroy

ROLAND-GARROS : LE GRAND CHELEM QUI VOULAIT DEVENIR ÉCO-RESPONSABLE

Créés en 1891 et organisés par la Fédération Française de Tennis, les Internationaux de France constituent l’un des tournois de tennis majeurs du calendrier. Tout comme ceux de l’Open d’Australie, de Wimbledon et de l’US Open, les organisateurs de Roland-Garros innovent chaque année pour permettre au tournoi français de conserver et même d’étendre son prestige. Une de leur plus grande bataille ? Faire de Roland-Garros un tournoi éco-responsable.



La première étape vers cet objectif a été actée en mai 2014, quand Roland-Garros est devenu le premier événement sportif français à dimension internationale à être certifié ISO 20121. Cette norme internationale a été mise en place pour mettre en avant une consommation plus responsable des ressources et diminuer l’impact d’un événement, qu’il soit sportif ou non. Être certifié ISO 20121 inscrit donc Roland-Garros dans une véritable démarche de développement durable, à une époque où la préoccupation concernant l’environnement était tout de même moins importante qu’aujourd’hui. Après un premier cycle de 3 ans, la certification de Roland-Garros a été renouvelée en 2017, puis à nouveau en 2020. En 2017, les organisateurs du tournoi ont également signé la Charte des 15 engagements écoresponsables des organisateurs d’événements sportifs en France. C’est le Ministère chargé des sports, en collaboration avec l’association WWF France, qui a lancé ce dispositif en janvier 2017. Les 15 engagements présentent par exemple des initiatives concernant l’alimentation responsable mais aussi pour la favorisation d’une mobilité douce et active ou encore des solutions pour réduire les déchets et encourager le recyclage. Parmi les signataires de la charte, on peut noter également A.S.O., la Fédération française de handball, l’Olympique de Marseille, le Stade de France, la Fédération française de football ou encore l’agence de marketing sportif Quarterback. En décembre 2018, l’United Nations for Climate Action a créé le mouvement Sports for Climate Action, soutenu par le Comité international olympique. L’objectif est de réduire les émissions des événements sportifs afin de participer à la limitation de l’augmentation des températures à 1,5°C, selon les termes énoncés par l’Accord de Paris, mais aussi de profiter des événements pour sensibiliser le public à cette cause essentielle. La FFT a rejoint le mouvement dès sa création. A l’occasion de l’édition 2019 de Roland-Garros, plusieurs sportifs de premier plan comme Novak Djokovic, Karolina Pliskova, Dominic Thiem ou encore Kristina Mladenovic ont d’ailleurs pris la parole et ont lancé un appel à l’action. Puis les trois autres tournois du Grand Chelem ont également rejoint le mouvement afin de conjuguer leurs efforts dans cette lutte.


Roland-Garros est aujourd’hui engagé dans une trajectoire carbone à horizon 2030 et s’est pour cela fixé plusieurs axes de progression. Premièrement, en privilégiant les mobilités douces et durables. En 2018, 72.2% des spectateurs se sont rendus au stade en bus, en vélo ou encore à pied. L’objectif est d’augmenter encore ce nombre. Des navettes électriques ont été mises en place pour le public et les médias, ainsi qu’un parking à vélo surveillé pour encourager les spectateurs à utiliser ce moyen de transport en toute sérénité. Depuis 2016, 100% de l’enceinte est fournie en électricité d’origine renouvelable et des panneaux photovoltaïques ont été installés pour se tourner progressivement vers un objectif de 100% d’électricité verte. La FFT travaille également en partenariat avec la Fondation GoodPlanet afin de proposer à l’ensemble du public (y compris les hospitalités) des produits issus de l’alimentation durable. Enfin, Roland-Garros s’engage aussi pour la réduction et la revalorisation des déchets, notamment à travers des opérations de lutte contre le gaspillage alimentaire, un système de tri mis en place chaque année ou encore le bannissement des sacs plastiques dans l’enceinte du stade. Ainsi, en 2018, ce sont 45 tonnes de biodéchets qui ont été compostées, soit 20 fois plus qu’en 2013. De nombreuses initiatives mises en place pour des objectifs d’éco-responsabilités toujours plus ambitieux !


23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout